Close icon
Descarga nuestra App GRATIS
No gracias, lléveme al sitio.

DIGICEL APPELLE À LA CRÉATION DE PARTENARIATS PUBLICS-PRIVÉS POUR POSER UN NOUVEAU CÂBLE SOUS-MARIN À FIBRES OPTIQUES RELIANT TOUTES LES ÎLES DU PACIFIQUE

S'il vous plaît sélectionner votre pays
S'il vous plaît sélectionner votre langue

NOUVELLES

DIGICEL APPELLE À LA CRÉATION DE PARTENARIATS PUBLICS-PRIVÉS POUR POSER UN NOUVEAU CÂBLE SOUS-MARIN À FIBRES OPTIQUES RELIANT TOUTES LES ÎLES DU PACIFIQUE

Il est nécessaire de poser un câble pour que les insulaires puissent bénéficier de l'accès à Internet et aux services à large bande et que les utilisateurs professionnels profitent d'une bonne connectivité pour promouvoir la croissance économique et réduire le fossé numérique entre les Petits États insulaires en développement du Pacifique.

Nouveau plan économique nécessaire pour les États caribéens lourdement endettés

Le lundi 1er septembre 2014 – Apia, Samoa : Le Forum du secteur privé de la Conférence de l'ONU sur les PEID s'est terminé dimanche par un appel lancé par Denis O'Brien, président de Digicel, pour la pose d'un câble sous-marin allant de Papouasie-Nouvelle-Guinée jusqu'à Sydney en passant par le Pacifique pour accroître la connectivité en fournissant l'accès à des services à large bande à tous, ainsi qu'en requérant un nouveau plan économique pour les États caribéens lourdement endettés.

Denis O'Brien, président du Digicel Group, s'est appuyé sur le forum pour souligner l'importance de la connectivité pour les PEID de l'ONU afin d'accélérer la croissance économique. « La croissance économique de la plupart des îles du Pacifique ne présentera aucun changement réel avant qu'un câble sous-marin soit posé dans ces pays éloignés. La large bande constitue le cordon ombilical du développement économique.  Le secteur privé doit établir des partenariats avec la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement, la SFI, l'Union européenne et les gouvernements du Pacifique pour unir leurs efforts en vue de poser un câble sous-marin pour combler le fossé numérique existant là où les nations des îles du Pacifique n'ont pas accès à la large bande. Ce câble abolirait la distance et ramènerait cette dernière frontière géographique à l'ère de l'information mondiale », déclarait-il.

Digicel propose un nouveau câble sous-marin, qui connecterait la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Palau, les États fédérés de Micronésie, Nauru, les îles Salomon, Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna, les Fidji, les Tonga, les Samoa et les îles Cook à Sydney.  Ce nouveau câble sous-marin offrirait une connectivité illimitée aux utilisateurs et clients professionnels. Par ailleurs, il aurait un impact majeur sur le développement des économies de ces États insulaires. La vision de M. O'Brien consistant à accroître la connectivité était soutenue, dans son principe, par le vice-président de la Banque mondiale et Rachel Kyte, envoyée spéciale sur le réchauffement climatique, qui ont indiqué que la Banque mondiale envisagerait de se joindre à ce projet pour autant que Digicel en tienne les rênes.

« Tous les enfants devraient avoir accès à Internet ; quel que soit l'endroit où ils vivent, ils devraient avoir accès à une salle de classe virtuelle. Un nouveau câble sous-marin offrira une largeur de bande plus importante, tout en réduisant considérablement le coût d'accessibilité pour les utilisateurs, ce qui facilitera considérablement leur entrée dans l'ère de l'information. Par ailleurs, il deviendra essentiel aux économies nationales de ces îles », continuait M. O'Brien.

Présent à la clôture du forum, Ban-Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, soulignait que des « partenariats extraordinaires » étaient essentiels pour les Petits États insulaires en développement. De nombreux participants ont réitéré ce sentiment, et il a été convenu à l'unanimité que des partenariats extraordinaires entre le gouvernement, le secteur privé et les organismes internationaux étaient requis pour stimuler la croissance économique et augmenter la connectivité au bénéfice des Petits États insulaires en développement.  En outre, des réunions annuelles et un suivi continu sont essentiels pour faire progresser le projet et atteindre les objectifs visés conformément aux engagements pris au cours de la conférence.

Nouveau plan économique nécessaire pour les États caribéens lourdement endettés

M. O'Brien a également utilisé le forum pour souligner la nécessité d'un nouveau plan économique pour les États caribéens lourdement endettés en déclarant : « Tout comme en Afrique où les pays ont bénéficié d'une remise de dettes au lieu de plans économiques révisés, de nouvelles politiques concernant la remise de dettes doivent être envisagées afin que certains pays des Caraïbes puissent investir dans l'éducation et des programmes de développement économique à long terme.  De nombreux pays des Caraïbes présentent une croissance faible ou inexistante, et pratiquement la moitié du budget de leur gouvernement est consacré au remboursement du capital et des intérêts à des prêteurs étrangers. »

Il continuait : « L'initiative conjointe d'allègement de la dette des pays pauvres et très endettés (PPTE) africains du FMI et de la Banque mondiale doit être déployée immédiatement dans huit États caribéens. Cela permettrait à plusieurs États caribéens de se débarrasser d'une dette qu'ils ne réussissent pas à gérer. À ce jour en Afrique, la dette a été allégée de 75 milliards USD. Il est urgent qu'un programme similaire soit mis en œuvre dans huit des pays caribéens. »

Le Forum du secteur privé s'est terminé par la réitération affirmative des engagements et des améliorations des partenariats entre les organismes internationaux, les gouvernements et les parties prenantes du secteur privé des PEID à l'échelle régionale et nationale. La Conférence de l'ONU sur les Petits États insulaires en développement a lieu jusqu'au 4 septembre 2014.

 

DIGICEL APPELLE À LA CRÉATION DE PARTENARIATS PUBLICS-PRIVÉS POUR POSER UN NOUVEAU CÂBLE SOUS-MARIN À FIBRES OPTIQUES RELIANT TOUTES LES ÎLES DU PACIFIQUE